La traducción al francés de «China prohíbe el uso de CPU de AMD e Intel en ordenadores del gobierno» sería:«La Chine interdit l’utilisation des processeurs AMD et Intel dans les ordinateurs gouvernementaux.»

Dans un mouvement qui reflète la tension croissante entre les États-Unis et la Chine dans le domaine technologique, le gouvernement chinois a pris une décision sans précédent en interdisant l’utilisation de processeurs fabriqués par AMD et Intel dans les ordinateurs destinés à l’usage gouvernemental. Ce tournant dans la politique technologique n’intensifie pas seulement la guerre commerciale entre les deux superpuissances, mais marque également un point d’inflexion dans la stratégie d’indépendance technologique de la Chine.

Raisons derrière la décision

La mesure vise une intention claire de Pékin de renforcer sa sécurité et sa confidentialité par l’adoption de technologies nationales. Ce pas vers l’autosuffisance technologique reflète la méfiance de la Chine envers les composants étrangers, surtout dans un contexte où la confidentialité et la sécurité de l’information sont de la plus haute priorité pour le gouvernement.

Impact sur l’Écosystème Technologique Global

La décision d’exclure deux des plus grands fabricants de processeurs du monde des systèmes gouvernementaux chinois n’affectera pas seulement les opérations et les stratégies d’AMD et Intel, mais changera également le paysage compétitif dans l’industrie des semi-conducteurs. Selon des rapports, Intel a obtenu 27 % de ses revenus de la Chine en 2023, ce qui souligne l’importance du marché chinois pour les entreprises technologiques américaines.

La réponse locale : Promotion d’alternatives nationales

Comme alternative aux processeurs d’AMD et Intel, la Chine mise sur des solutions locales développées par des entreprises comme Huawei, Loongson, Phytium et Zhaoxin. Ces entreprises nationales émergent comme des acteurs clés dans l’effort de la Chine pour atteindre l’autarcie dans la technologie des semi-conducteurs, offrant des processeurs qui, bien qu’ils ne soient pas encore au niveau de leurs homologues occidentaux dans certains aspects, répondent amplement aux besoins gouvernementaux.

Au-delà des processeurs : Un changement dans le logiciel

En plus de l’interdiction des processeurs, le gouvernement chinois a également recommandé de s’éloigner du système d’exploitation Windows de Microsoft, suggérant une transition vers des distributions Linux, telles que Red Flag qui supporte les processeurs nationaux de Loongson, Sunway, Kunpeng, Feiteng, Haiguang et Zhaoxin. Ce changement affecte non seulement l’infrastructure matérielle mais aussi le logiciel qui fonctionne dans les systèmes gouvernementaux, élargissant l’éventail de l’indépendance technologique.

procesadores soportados redflag linuz

Conséquences et perspectives d’avenir

L’interdiction des CPU d’AMD et Intel dans les ordinateurs gouvernementaux est un reflet de la stratégie plus large de la Chine pour renforcer son secteur technologique face aux tensions internationales. Tandis que la Chine continue d’investir dans ses capacités de fabrication de semi-conducteurs et de développement logiciel, l’impact de ces politiques résonnera au-delà de ses frontières, affectant la dynamique mondiale du marché technologique.

Qu’est-ce qui suit ?

L’avenir de la relation technologique entre la Chine et les États-Unis reste incertain. Avec les deux pays qui investissent massivement dans leur infrastructure technologique, la compétition pour la suprématie dans le domaine des semi-conducteurs et de l’intelligence artificielle s’intensifie. Alors que la Chine avance vers l’autosuffisance technologique, le monde observe attentivement comment cette ambition va remodeler les alliances mondiales et les stratégies commerciales au XXIe siècle.

Dans ce scénario de changements rapides, la capacité d’adaptation et l’innovation seront clés pour que les entreprises et les gouvernements naviguent avec succès les eaux turbulentes de la géopolitique technologique. La décision de la Chine d’interdire les CPU d’AMD et Intel dans ses ordinateurs gouvernementaux n’est pas seulement un pas vers l’indépendance technologique, mais aussi un rappel du pouvoir stratégique que la technologie détient sur la scène mondiale.

Références : wccfTech et El chapuzas informático.

Scroll al inicio