La grève des informaticiens de DXC Technology menace de paralyser des services clés en Espagne.

La multinationale américaine DXC Technology, chargée de fournir des services informatiques et de gestion aux grandes entreprises et entités publiques en Espagne, est confrontée à une grève de ses travailleurs qui pourrait avoir un impact significatif sur des secteurs clés de l’économie du pays. Les employés de DXC, qui sont environ 7 500, sont appelés à suivre des arrêts de travail pendant sept jours stratégiquement sélectionnés, à partir du 21 mars et jusqu’au 5 juin.

La principale raison derrière cette protestation du travail est la demande d’augmentations salariales de la part des travailleurs, qui prétendent avoir perdu 17% de leur pouvoir d’achat depuis 2020, ce qui équivaut à deux mois de salaire annuel. Selon les syndicats convocateurs, y compris CGT, CNT, CCOO, CSI, USO, Intersindical-CSC, OSTA et UGT, l’entreprise a enregistré des records de chiffre d’affaires et de bénéfices ces dernières années, en plus d’embaucher plus de personnel et d’économiser sur les coûts de location de bureaux grâce au télétravail. Cependant, ces bénéfices ne se sont pas reflétés dans les salaires des employés, certains d’entre eux ayant leurs rémunérations gelées depuis plus d’une décennie.

La grève chez DXC Technology constitue une sérieuse menace pour les entreprises et entités qui dépendent de ses services informatiques. Parmi ses principaux clients, on trouve des géants de la banque tels que ABANCA, EVO Banco et Caixabank, ainsi que des entreprises publiques comme Renfe. La compagnie ferroviaire a attribué à DXC un contrat lié à la vente en ligne de billets en 2021, de sorte que la grève pourrait affecter directement ce service dans un moment particulièrement sensible, coïncidant avec le début de la Semaine Sainte.

Mais Renfe n’est pas la seule entité qui pourrait être affectée par les arrêts de travail. Une bonne partie du secteur bancaire espagnol repose sur les services de DXC Technology, de sorte que la grève pourrait provoquer des incidents techniques et des défaillances dans le fonctionnement des distributeurs automatiques sur tout le territoire national. D’autres entreprises, comme le service de messagerie MRW, pourraient également connaître des problèmes sur leurs services web en raison du manque de support pendant les jours de protestation.

Les syndicats ont soigneusement choisi les dates des arrêts de travail pour maximiser leur impact. Les premiers jours de grève, les 21 et 22 mars, coïncident avec une grève convoquée dans le secteur bancaire et avec le début de la Semaine Sainte. Les jours suivants de protestation, les 29 et 30 avril, visent à affecter les processus que de nombreuses entreprises clôturent à la fin du mois. Enfin, les arrêts de travail des 3, 4 et 5 juin visent le début du mois, lorsqu’un volume plus élevé de consultations dans les services d’assistance technique est enregistré.

La grève chez DXC Technology met en évidence l’importance croissante du secteur informatique dans le fonctionnement des grandes entreprises et des services publics. Dans un monde de plus en plus numérisé, la dépendance des compagnies spécialisées en technologie est de plus en plus grande, ce qui donne à leurs travailleurs un pouvoir de négociation considérable. Les arrêts de travail convoqués par les employés de DXC sont un exemple clair de comment une protestation du travail dans ce secteur peut avoir un impact significatif sur l’économie d’un pays.

Face à cette situation, la multinationale américaine est confrontée au défi de trouver une solution qui satisfasse les exigences de ses travailleurs et évite une grève prolongée qui pourrait sérieusement endommager sa réputation et ses relations avec les clients clés en Espagne. De leur côté, les entreprises et entités affectées devront se préparer à des perturbations possibles de leurs services informatiques et chercher des alternatives pour minimiser l’impact de la grève sur leur activité.

En conclusion, la grève des informaticiens chez DXC Technology représente un défi sérieux pour l’économie espagnole, avec des conséquences potentielles dans des secteurs stratégiques tels que la banque, le transport et les services publics. Ce conflit du travail met en évidence la nécessité pour les entreprises technologiques de valoriser correctement le travail de leurs employés et d’établir des mécanismes de dialogue pour prévenir des protestations qui pourraient porter préjudice à des tiers. C’est seulement ainsi que l’on pourra garantir la stabilité et le bon fonctionnement de services informatiques de plus en plus cruciaux pour la vie quotidienne des citoyens et des entreprises.

via : Xataka et El Comercio.

Scroll al inicio