Freenom règle un litige avec Meta pour 500 millions de dollars et abandonne le commerce des domaines.

Freenom, société reconnue dans le domaine de l’enregistrement des noms de domaine, a annoncé cette semaine avoir résolu le litige pour cybersquatting qui avait été intenté contre elle par Meta l’année dernière, s’engageant à se retirer du secteur des noms de domaine.

Dans un communiqué émis le 12 février, Freenom a accepté de payer à Meta une somme non divulguée et a déclaré qu’elle avait « décidé de manière indépendante de se retirer du secteur des noms de domaine ». L’autonomie de cette décision est discutable, étant donné que la société a perdu son accréditation en tant que registraire de l’ICANN l’année précédente et que l’on croit qu’elle a également perdu ses contrats gouvernementaux pour gérer les ccTLD de la Guinée Équatoriale, de la République Centrafricaine, du Mali, du Gabon, et possiblement aussi de Tokelau, ce dernier étant son domaine .tk emblématique.

Meta avait accusé Freenom d’avoir enregistré des milliers de domaines similaires à ses marques déposées, y compris des domaines tels que faceb00k.ga, sous la loi américaine anti-cybersquatting, réclamant 100 000 dollars pour chaque infraction, pour un total de cinq cent millions de dollars.

Freenom et son réseau d’affiliés coaccusés ont plaidé dans leur défense que Meta avait accès à une API d’abus lui permettant de désactiver ces domaines, mais ne l’a jamais utilisée. De plus, ils ont allégué que de nombreux domaines signalés avaient déjà été fermés au moment où la plainte a été déposée.

Il semble que les noms en question ont été enregistrés par des tiers abusifs et ensuite revendiqués et monétisés par Freenom sous son modèle d’affaires de domaines gratuits, ce qui a fait de ses TLD l’un des plus abusés au monde.

Cependant, les réclamations des deux parties ne seront pas examinées au procès. La dernière soumission judiciaire, datée de fin décembre, indiquait que les deux parties entameraient une médiation, et cette semaine Freenom a émis le communiqué suivant :

« Freenom annonce aujourd’hui avoir résolu le litige intenté par Meta Platforms, Inc. en des termes monétaires et commerciaux confidentiels. Freenom reconnaît l’intérêt légitime de Meta à faire valoir ses droits de propriété intellectuelle et à protéger ses utilisateurs contre la fraude et l’abus ».

« Freenom et ses sociétés affiliées ont également décidé de manière indépendante de se retirer du secteur des noms de domaine, y compris l’opération de registres. Alors que Freenom ferme son activité de noms de domaine, elle traitera la famille d’entreprises Meta comme un notificateur de confiance et mettra en œuvre une liste de blocage afin de traiter des futurs problèmes de phishing, d’abus de DNS et de cybersquatting ».

Meta a indiqué dans son Rapport sur les Menaces Adversaires du Q4 cette semaine que l’accord démontre que son approche pour aborder l’abus de DNS fonctionne.

Les domaines gTLD de Freenom ont été transférés à Gandi. Il est moins clair ce qui se passera avec ses noms de ccTLD, bien que des rumeurs sur les réseaux sociaux suggèrent que la société a accordé des renouvellements de neuf ans sans frais aux enregistrants dans les ccTLD affectés.

via: Domain Incite

Scroll al inicio